Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Filter by Categories
Assurance
Bébés et enfants
Divers
Formations
Internet
Lifestyle
loisirs
Maison & déco
Mode
santé
sport
Technologie
transports
Uncategorized
Voyages

Choisir votre page

La créativité contre le burnout scolaire des enfants

Le terme psychologique “burnout” existe depuis les années 1970, lorsqu’il a été inventé pour décrire une sorte d’épuisement émotionnel vécu par les personnes exerçant une profession d’aide. Aujourd’hui, c’est un terme familier à presque tous ceux qui doivent accomplir une tâche à plusieurs reprises.

Pour les étudiants atteints de dyslexie et d’autres troubles spécifiques de l’apprentissage, “encore et encore” décrit la façon dont l’apprentissage se fait : répéter, répéter, répéter jusqu’à ce que la compétence soit maîtrisée. Il n’est donc pas surprenant que les élèves présentant des différences d’apprentissage se sentent épuisés par les travaux scolaires.

Zoé est une thérapeute linguistique académique certifiée qui travaille principalement avec des enfants de l’école primaire et secondaire souffrant de dyslexie et d’autres troubles d’apprentissage. Au cours d’une séance mensuelle de Zoom avec les thérapeutes, Zoé a décrit son expérience avec Lydia, une élève diagnostiquée dyslexique par un spécialiste en 5e année, qui se sentait démotivée, négative et résistante.

Zoé travaille avec Lydia depuis près de deux ans et demi, bien avant l’arrêt de COVID-19. Travailleuse, engagée et douée pour mener à bien sa pratique, Lydia comprend que la répétition l’aide à “recâbler” son cerveau et à rendre automatiques ses nouvelles compétences en lecture et en orthographe.

Le rôle de la pratique quotidienne 

Pour les élèves dyslexiques, la pratique quotidienne de 15 minutes peut être considérée comme une routine quotidienne à laquelle on ne pense même pas. Tout comme le brossage des dents, nous n’aimons pas toujours cette activité, mais nous la faisons pour garder notre corps en bonne santé et, bientôt, elle ne sera plus qu’une partie de notre emploi du temps”.

Mais quand l’été est arrivé, Lydia est devenue frustrée et distraite. Elle avait l’impression “qu’ils la forçaient” à étudier et qu’elle manquait des activités amusantes. Elle devait souvent terminer son entraînement avant de pouvoir être avec ses amis ou d’aller à la piscine. Elle pouvait refuser d’achever son travail ou ne pas faire de son mieux, en disant : “Pourquoi dois-je faire cela et personne d’autre ne le fait ?

Comment adapter son cours aux dys ?

Ce genre de résistance n’est pas inhabituel. Zoé l’a vu chez d’autres élèves, qui préfèrent regarder des vidéos, jouer avec le chien ou trouver des excuses pour quitter la leçon en ligne. Les élèves atteints de dyslexie et d’autres troubles du traitement du langage peuvent être moins performants, ne pas être capables de se concentrer et ne pas prendre leur pratique au sérieux.

Lorsque Zoé rencontre une résistance chez un élève, elle explique : “Je prends toujours quelques minutes pour réfléchir avec l’élève afin d’aller à la racine du problème. Dois-je adapter mon enseignement ? Le contenu est-il vraiment trop exigeant ? Dois-je ajuster la durée de la concentration soutenue sur la pratique ou la leçon ? L’étudiant a-t-il des facteurs externes qui le distraient de son travail ? Comprend-il les directives ? S’ennuient-ils simplement ? A-t-il besoin d’un peu de nouveauté pour pimenter les choses ? Travaille-t-il avec moi depuis si longtemps qu’il a perdu toute motivation/excitation ? Y a-t-il un manque de communication entre le parent et moi en ce qui concerne les attentes ? L’élève est-il débordé par d’autres devoirs scolaires ?

“Une fois que j’aurai une meilleure idée de ce qui cause vraiment la frustration, nous pourrons réfléchir ensemble à des solutions. Je trouve cette étape cruciale car elle est utile lorsque la solution est l’idée de l’élève”.

Son idée est basé sur le modèle de thérapie structurée de l’alphabétisation d’Orton-Gillingham, qui est une méthode d’enseignement diagnostique, systématique et explicite qui suit une approche très spécifique de l’apprentissage. Elle donne aux thérapeutes la liberté d’adapter et de mettre en œuvre des décisions thérapeutiques afin de créer la meilleure expérience d’apprentissage possible. Lydia comprend qu'”il est important que nous gardions le même format et le même contenu”, dit Amanda, mais cela laisse encore beaucoup de place à la créativité et à la flexibilité.

Au cours de leur conversation, Lydia et Zoé se sont mises d’accord sur un certain nombre de changements :

  • Lydia choisirait les jours et l’heure de son stage. S’exercerait-elle avant le dîner ? S’exercerait-elle après la baignade ?
  • Elle inscrirait ces dates sur son calendrier à l’avance et s’engagerait à terminer ses devoirs. Zoé et Lydia ont également discuté des changements à apporter à l’espace de travail de Lydia pour lui donner “un nouveau look”. Elles ont réfléchi à la manière dont elles pourraient créer l’ambiance apaisante d’un spa.
  • Zoé a aidé Lydia avec Google docs pour faire un panneau qui disait “Attention c’est la zone d’étude”. Lydia a choisi le style et la taille “pour que l’enseigne ait l’air professionnelle et juste.”
  • Lydia a installé son bureau sur un tapis bleu confortable et l’a orné de photos de sa famille. Elle a placé des bougies à piles pour créer un espace encore plus accueillant et a organisé toutes ses fournitures “pour concevoir sa parfaite zone d’étude”.

En guise de récompense pour avoir atteint son objectif de points, Zoé a envoyé à Lydia un spray d’aromathérapie à la lavande pour ajouter à l’effet calmant de son poste de travail. Elle a également obtenu le soutien des parents et grands-parents de Lydia. “Je leur ai demandé d’être attentifs à la façon dont Lydia se sent. Nous lui demandons de faire quelque chose plusieurs fois par semaine qui est intrinsèquement difficile pour elle. J’essaie d’aider les parents à avoir de l’empathie pour leurs enfants. Je demande aux parents ce qu’ils pensent ne pas être très bons et n’aiment pas faire, comme parler en public, chanter au karaoké, courir un kilomètre ou résoudre une équation quadratique. Et s’ils devaient faire ce truc tous les jours alors qu’ils préfèrent regarder un film ?”

Savoir à quoi s’attendre et quand s’y attendre est essentiel pour rendre l’intervention et le traitement contre la dyslexie plus accessible. Avoir un certain contrôle est également un facteur important. Etre dans un environnement sûr, positif et encourageant, avec un peu de nouveauté, de motivation et de plaisir, c’est ce qui a fonctionné pour ses élèves.

“Nous ne pouvons pas contrôler le fait que nous sommes dyslexiques. Nous ne pouvons pas contrôler le fait que nous devons travailler plus dur et pratiquer. Nous POUVONS contrôler nos choix : quand nous pratiquons, notre attitude, notre environnement, la quantité d’efforts que nous fournissons, notre discours positif ou négatif sur nous-mêmes, notre espace d’apprentissage, nos outils d’écriture, notre posture, etc. Les enfants peuvent avoir l’impression que rien n’est juste, qu’on leur dit toujours ce qu’ils doivent faire, qu’ils sont dirigés toute la journée par des adultes. Il est utile de savoir qu’ils peuvent faire certaines choses pour changer leur situation, leur perspective ou leur attitude”.

Une fois que Lydia a eu sa nouvelle installation, “elle était très excitée de montrer sa zone d’étude. Elle s’est sentie indépendante et plus mature. Cela a ajouté la touche de nouveauté qui l’a motivée à faire de son mieux. Elle veut faire plus de projets. Lydia est enthousiaste, revigorée, motivée, rafraîchie et énergisée pour apprendre. Elle partage même son expérience de la dyslexie avec ses pairs à l’école. Lydia défend les intérêts des élèves qui apprennent différemment. Elle est confiante et ouverte d’esprit”. La sœur de Lydia a eu l’idée inattendue de créer son propre bureau, ce qui leur permet maintenant de travailler sans être distraites.

Zoé ajoute : “Lydia fait-elle la même pratique basée sur la recherche qu’auparavant ? Oui. Son attitude face à cette expérience a-t-elle changé ? Oui. En nous concentrant sur ce que nous POUVONS changer plutôt que sur les choses qui sont hors de notre contrôle, nous avons pu débloquer quelques modifications puissantes qui se traduiront par une amélioration continue de l’alphabétisation”.

Zoé a beaucoup d’autres idées créatives dans sa manche pour combattre l’épuisement et l’ennui. Les élèves peuvent gagner des points pour de petits privilèges, comme de très courtes “pauses cérébrales” (moins d’une minute). Cette période, adaptée aux intérêts de l’élève, peut être utilisée pour un jeu de devinette de type Pictionary ou même “un petit coup d’œil à la webcam en direct du zoo de Pau pour voir ce que font les ours polaires ou les pingouins”. Il est important de donner un avis positif sur ce que l’élève a bien fait, même s’il n’a pas tout fait parfaitement.

Zoé note également que sa méthode, encourage les thérapeutes à partager leurs idées entre eux et à continuer de s’améliorer. Ils encouragent le développement professionnel et la collaboration pour s’assurer que nous sommes au meilleur niveau possible.