Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Assurance
Bébés et enfants
Divers
Formations
Internet
Lifestyle
loisirs
Maison & déco
Mode
santé
sport
Technologie
transports
Uncategorized
Voyages

Choisir votre page

Depuis le début du confinement imposé le 17 mars, un bon nombre de secteurs se trouvent être considérablement affectés. Plus encore, plusieurs secteurs ont été contraints de stopper leur activité dans le but de limiter aux mieux la propagation du coronavirus. Le secteur de l’immobilier, notamment le métier de diagnostiqueur immobilier fut spécialement touché par l’arrivée de cette pandémie.

Le coronavirus a-t-il réellement impacté le domaine du diagnostic immobilier ? Et si oui, quelles sont les conséquences de cette crise sanitaire sur cette activité ? Les réponses dans cet article. Suivez-nous pour ne rien manquer.

L’immobilier : un secteur marqué par l’effet du confinement

 

Pour rappel, un diagnostic immobilier réalisé par des diagnostiqueurs professionnels en la matière comme sur https://www.diagimmo-malin.fr/ est indispensable dans tout projet de vente ou de mise en location d’un bien immobilier. À cause du Covid-19 et l’annonce du confinement en France, il se trouve que la majorité des activités touchant le monde de l’immobilier ont dû être reportées. Les seules commandes que les diagnostiqueurs ont pu assurer sont celles qui ont eu lieu dans des locaux vides. L’objectif étant de réduire au mieux le contact entre les deux acteurs. Pour dire qu’une simple remise de clés est la seule interaction qui peut avoir entre le technicien et le propriétaire de la demeure.

Depuis la date du 17 mars 2020, on peut dire que l’activité touchant le domaine de l’immobilier a chuté d’environ 95 % et que depuis ce jour, la plupart des diagnostiqueurs immobiliers ont été contraints à un chômage partiel. Heureusement, après l’annonce des mesures plus flexibles face à la propagation du coronavirus, le secteur a pu relancer une partie de ses activités. Et il faut dire que ce semblant de nouveau départ est bien parti pour accélérer la transformation du secteur immobilier. Pour la simple et bonne raison que les distanciations sociales peuvent amener à l’adoption de services qui simplifient les transactions immobilières et les échanges avec les agents immobiliers. En proposant ce type de prestation, les diagnostiqueurs immobiliers sont donc assurés d’attirer les contrats acquéreurs plus intéressants.

Déroulement du diagnostic immobilier en ce période de coronavirus

Bien que les mesures fixées par l’État ne soient plus strictes qu’en début de confinement, il importe tout de même de respecter à la lettre les gestes barrières. D’autant plus que le diagnostic immobilier est actuellement possible, même si le logement à vendre ou à louer est encore occupé. Afin d’assurer au mieux la sécurité des diagnostiqueurs et des clients, un certain nombre de mesures sont à prendre en considération avant le début de l’intervention.

À savoir que le logement à diagnostiquer doit dans la mesure du possible être vide durant les 48 heures qui précèdent l’opération des agents immobiliers. Par ailleurs, dans le cas où l’occupant ne peut pas se permettre de quitter son logement pendant la durée prévue, l’idéal serait de procéder à une désinfectassions des lieux avant la réalisation du diagnostic immobilier. Le port de masque, de gant, de lunettes en plus de l’utilisation de gels désinfectants est également important pour garantir la sécurité des deux parties. Sans compter le fait que les habitants de la demeure à analyser se doivent également de mettre un accès à l’eau courante à la disposition des intervenants. Retenez que pour éviter toute forme de contact, une autre personne à part l’intervenant doit assister la procédure de diagnostic immobilier.

Formés de façon à réduire le risque de propagation du Covid-19, les diagnostiqueurs immobiliers sont également tenus de ne pas intervenir dans une demeure où les habitants refusent de respecter la distanciation d’un mètre minimum, mais surtout le port de masque de protection.