Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Filter by Categories
Assurance
Bébés et enfants
Divers
Formations
High Tech
Internet
Lifestyle
loisirs
Maison & déco
Mode
santé
sport
Technologie
transports
Uncategorized
Voyages

Choisir votre page

L’entrepreneuriat apparaît de plus en plus comme le principal moyen de lutte contre le chômage. Il est ainsi recommandé aux jeunes en quête d’un emploi, mais aussi aux anciens salariés désireux d’être leur propre chef ou ayant perdu leur emploi. Quelles sont alors les premières étapes pour la création de sa propre entreprise ?

Trouver son idée d’entreprise

Il s’agit de la toute première étape en vue de la création de son entreprise. Une entreprise est avant tout un projet et en tant que tel, elle repose sur une idée bien précise. Cette dernière est relative à un besoin préalablement identifié dans son entourage. Trouver une idée d’entreprise revient ainsi à identifier un besoin auquel répondre à travers la création de son entreprise. Les personnes dans une situation de reconversion professionnelle ont ainsi plus de chances de trouver une idée d’entreprise que les jeunes fraîchement diplômés.

L’identification d’une idée d’entreprise peut se faire de façon inconsciente, mais aussi de façon préparée. Autrement dit, l’idée d’une entreprise peut germer dans l’esprit à la suite d’une expérience, mais peut être aussi trouvée après de nombreuses réflexions.

Une fois trouvée, l’idée d’entreprise doit être évaluée. Cela permet de s’assurer de sa pertinence au regard de la situation sociale et économique du moment.

Réaliser un business plan

La seconde étape dans le processus de création de son entreprise est donc relative à l’évaluation de l’idée trouvée. Cette évaluation se fait généralement à travers un business plan. Il permet non seulement de se faire une idée concrète de sa future entreprise, mais aussi d’obtenir un financement de la part des banques. Il comprend plusieurs analyses, dont voici les principales.

L’analyse du produit ou du service proposé

Cette analyse consiste à évaluer ses capacités ou potentialités relatives au produit ou au service à proposer. De façon plus simple, elle revient à se demander si l’on dispose du savoir-faire ou de la connaissance nécessaire pour répondre au besoin identifié. Elle se charge enfin d’identifier la façon ou sous quelle forme les délivrer afin de répondre réellement aux besoins des clients.

L’analyse de la clientèle

Il s’agit du second point indispensable à prendre en compte dans la réalisation d’un business plan. Cette analyse permet de prendre connaissance de sa future clientèle. Elle s’articule autour des points tels que la taille, la situation géographique, mais aussi et surtout le pouvoir d’achat. Il ne servirait à rien par exemple de créer une entreprise en vue de satisfaire une clientèle à laquelle l’on ne peut avoir accès.

L’analyse de la concurrence

Cette dernière analyse permet en premier d’identifier les entreprises qui proposent déjà les mêmes produits ou services. Elle revient ensuite à définir des stratégies pouvant permettre d’obtenir malgré tout une part du marché.

La réalisation d’un business plan prend aussi compte certaines prévisions financières telles que le chiffre d’affaires annuel, le seuil de rentabilité, etc.

Choisir son statut juridique

L’étape suivante dans le processus de création de son entreprise concerne le choix de son statut juridique. En effet, il existe des exigences, des contraintes mais aussi des avantages liés à chaque statut juridique. Le choix du statut juridique ne se fait donc pas au hasard, mais suivant certains critères.

Le nombre de promoteurs

Il s’agit du premier critère à prendre en compte. Les statuts juridiques varient en effet en fonction du nombre des créateurs ou promoteurs de l’entreprise. Une entreprise dotée d’un seul créateur devra par exemple opter pour une EURL, une SASU ou une EIRL. Dans le cadre de plusieurs promoteurs, il s’agira plutôt d’une SARL, d’une SAS, d’une SCP ou autres.

La responsabilité du ou des créateurs

Ce critère est relatif à l’étendue des responsabilités du ou des promoteurs vis-à-vis de la dette sociale. Il existe généralement trois types de responsabilités à savoir la responsabilité limitée, illimitée, solidaire ou indéfinie.

La fiscalité

Le choix du statut juridique se fait aussi en fonction de la fiscalité. À chaque statut juridique est en effet associée une réglementation fiscale donnée en termes d’imposition des bénéfices.

En résumé, créer sa propre entreprise peut paraître comme un excellent moyen pour réussir sa vie professionnelle. Elle peut être réalisée aussi bien par un jeune fraîchement diplômé que par un ancien salarié qui désire une reconversion professionnelle. La création d’une entreprise requiert néanmoins certains efforts ainsi que le suivi de plusieurs étapes. Il en existe plusieurs autres telles que la recherche du financement, le choix du local, etc.